Devenir une salope au tel passion ou travail ?

 « Je pense que personne n’imagine un jour travailler dans le domaine du téléphone rose et y restera par passion ». C’est ce que nous fait remonter comme information l’une de nos toutes nouvelles collaboratrices qui est maintenant parmi nous depuis 2ans. Entrée par curiosité et l’envie d’en savoir un peu plus sur les désirs secrets des hommes, c’est ce qui l’a dans un premier temps attiré. Très clairement, si vous vous imaginez être riche en parlant juste de cul, ne vous faites aucune illusion : le sexe par tel est une question de passion et c’est uniquement pour vous livrer ou recevoir des témoignages poignants que vous devez vous orientez vers cette pratique. Le premier appel est peut-être le plus amusant nous confiera-t-elle. On ne sait pas sur quel pied danser, si l’on va avoir à un gros pervers ou quelqu’un de très timide qu’il faudra materner. On ne sait pas si l’on va être là pour écouter ou alors justement l’inverse et déborder d’imagination pour parler encore et encore. Finalement le tel rose c’est un peu tout ça sans l’être : il faut avoir une sacrée envie de parler de cul et ne surtout pas être choqué par certains désirs, mais il faut avant tout énormément d’écoute plus que des histoires de sexe à raconter. Notre mie animatrice de tel rose a alors compris qu’il lui fallait, dès ses premiers jours, refaire son profil pour cibler au mieux ce qui lui convient. Une sombre histoire de zoophilie a bien failli la faire arrêter, une limite avait été franchi et elle a eu beaucoup de mal à avaler cette histoire. C’est pourquoi elle s’est positionnée en tant que libertine soft, et donc tout est maintenant question de tendresse et de douceur, les mots sont plus doux, les envies câlines et les termes sensuels. C’est alors qu’elle prit goût « au métier ». Sans obligation de quota ou d’horaire, elle pratiquait 1 heure ou 2 par jours, pas plus, puis progressivement y a passé quelques weekends sur son temps libre pour « s’amuser ». C’est exactement notre but : que nos dominatrice au telephone s’amusent, y prennent beaucoup de plaisirs et ne se retrouvent sûrement pas dégoûté du sexe. C’est plutôt l’inverse en général : à force d’entendre nouveaux fantasmes sur nouveaux fantasmes au tel rose, elles développent toujours un peu plus de perversion et s’amusent énormément avec en retransmettant parfaitement les détails croustillants qui les ont le plus marqué.